de Stage M2 à Rennes – nanoplastiques/Guadeloupe

Des déchets nanoplastiques sur le littoral guadeloupéen ?

Photo credit: cesarharada.com via photopin cc.

Encadrant : Julien Gigault (julien.gigault@univ-rennes1.fr), Emilie Jardé (emilie.jarde@univ-rennes1.fr) et Laurent Jeanneau (laurent.jeanneau@univ-rennes1.fr).

Laboratoire Géosciences Rennes

Equipe Géochimie des Eaux et Interfaces

Avec la mise en évidence des « grand vortex » des déchets plastiques dans deux des principaux océans, l’Atlantique Nord et le Pacifique, les débris plastiques retiennent de plus en plus l’attention de la communauté scientifique. Néanmoins, à l’heure actuelle, la quasi-totalité des études se focalisent sur les milieux océaniques et sur la fraction des débris plastiques dont la taille est supérieure à plusieurs micromètres voire plusieurs centaines de micromètres. Or qu’en est-il de la fragmentation à l’échelle colloïdale et nanométrique ? Est-ce que ces espèces nanométriques de plastiques sont produites au niveau des littoraux et des interfaces côtières ou au contraire dans les eaux océaniques au sein des grandes gyres et se retrouvent sur les littoraux ? De nombreuses questions concernent le cycle de vie des nanoplastiques dans lequel les littoraux, surtout ceux en contact direct avec les principales gyres océaniques, jouent un rôle cl é qui est à ce jour totalement ignoré par la communauté. Ce manque de considération est lié à une limitation des méthodes instrumentales pour détecter et caractériser ces débris plastiques dans cette gamme de taille particulière et à l’incapacité de les extraire de ce milieu.

De septembre à novembre 2016, nous avons organisé une expédition dans l’océan atlantique au large de la Guadeloupe permettant d’échantillonner les débris plastiques à l’échelle du nanomètre jusqu’au micromètre. L’objectif de cette expédition est d’identifier et de caractériser la présence de débris plastiques sur un littoral à proximité du gyre Atlantique Nord dans une zone présentant une diversité de littoraux unique au monde. Les principaux outils pour échantillonner et détecter les nanoparticules sont déjà déployés, néanmoins des besoins analytiques existent concernant l’identification et la quantification des débris plastiques.

Dans ce contexte, l’objectif du stage proposé est de développer la spectrométrie de masse couplée à la pyrolyse et la chromatographie gazeuse afin d’identifier et de quantifier la présence des principaux plastiques (polyéthylène-PE, polystyrène-PS, polypropylène-PP, polyéthylène téréphtalate-PET, etc.) en fonction des caractéristiques physico-chimiques (nanoplastiques, micro-plastiques) des débris échantillonnés. Ces données seront couplées aux données que dont disposons sur leurs caractéristiques physiques préalablement déterminées. Enfin nous nous focaliserons sur des polluants organiques persistants spécifiques de la Guadeloupe (comme le chlordécone) qui peuvent être adsorbés sur les débris plastiques et ainsi être un traceur du cycle de vie des débris plastiques dans l’Atlantique Nord.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu