Les matériaux organiques du patrimoine culturel : identification, compréhension de processus d’altération et propositions de procédés de préservation

Lundi 19 janvier 2015 à 14h00, dans l’amphithéâtre de la Grande Galerie de l’Evolution du MNHN (36 rue Geoffroy-Saint-Hilaire, 75005).

HDR présentée par Agnès Lattuati-Derieux devant le jury composé de :

Madame Sandrine Thérias, Directrice de recherche CNRS, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, Responsable tutélaire et examinatrice
Madame Sylvie Derenne, Directrice de recherche CNRS, Université Pierre et Marie Curie, Paris, Rapporteure
Monsieur René de la Rie, Professeur, Université d’Amsterdam, Amsterdam, Rapporteur
Monsieur Bruno Fayolle, Professeur, Arts et Métiers ParisTech, CNAM-ENSAM, Paris, Rapporteur
Madame Martine Regert, Directrice de recherche CNRS, Université Nice Sophia Antipolis, Nice, Examinatrice
Monsieur Bertrand Lavédrine, Professeur, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, Examinateur

Résumé : Cette soutenance dressera un bilan des recherches que j’ai menées sur la physico-chimie des matériaux organiques naturels et synthétiques du patrimoine culturel et, présentera les projets de recherche prospective développés dans la continuité des problématiques actuelles. Les activités de recherche conduites s’ordonnent selon trois thématiques principales qui seront successivement abordées. La première, inscrite dans un contexte plus large de conservation préventive, concerne l’environnement des collections et l’identification non destructive des composés organiques volatils de matériaux patrimoniaux émissifs. La deuxième est tournée vers l’étude des processus physico-chimiques de dégradation de polymères synthétiques présents dans les collections et vers le développement méthodologique de traitements de préservation. La dernière est dédiée à des recherches fortement inter- et trans- disciplinaire centrées sur la connaissance des matériaux naturels du patrimoine et l’histoire matérielle des biens culturels. Ces recherches rapprochent sciences appliquées et sciences humaines au service de la conservation du patrimoine culturel matériel. Elles contribuent à développer de nouvelles stratégies analytiques et de nouvelles expertises pour une meilleure connaissance des matériaux organiques du patrimoine culturel et bénéficient à l’ensemble des acteurs des sciences de la conservation.

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

  1. armelle dit :

    Bravo pour cette HDR… mais qui est-ce qui la passe ???

  2. admin dit :

    Oups… Corrigé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *