A la demande du Ministère, l’INSU organise actuellement, une réflexion sur la structuration du parc analytique en géochimie et expérimentation (RéGEF – Réseau géochimique et expérimental français).

Il s’agit de proposer à la fois des instruments et des réseaux d’instruments qui feraient le pendant des Très grandes infrastructures de recherche (TGIR) et Infrastructures de Recherche (IR). L’INSU mène la réflexion, mais RéGEF a une vocation multi-instituts et multi-tutelles de régulation nationale des moyens.

La réflexion et proposition de structuration doit être terminée fin 2016.

L’objectif est, entre autres, de reprendre le rôle du CNRS dans la politique nationale d’équipement, rôle en partie amoindri par la multiplication des sources de financement. Il s’agit de réfléchir aux marges de manœuvre en termes de de mutualisation et d’optimisation, de mise en réseau des analystes, d’accueil, de stratégie d’équipement, de demandes de moyens analytiques et de supports IT.

L’objectif est également de disposer d’une structure transverse aux domaines de l’INSU, adaptée et visible par le Ministère et par les structures européennes, qui pourrait répondre à un AO de type Equipex. Cette structure serait focalisée sur les instruments de géochimie, pétrologie et expérimentation.

L’un de ces réseaux pourrait concerner la géochimie organique (et la pétrographie ?). Nous pouvons nous appuyer pour notre réflexion sur ResMO, l’IHSS et FROGs qui fédèrent déjà une grande partie de la communauté.

1. Nous souhaitons, dans un premier temps, dresser l’inventaire et cartographier les matériels et moyens humains dont dispose la communauté.

Pour chaque équipement, merci de remplir un formulaire que vous trouverez ici. Une seule réponse par équipement et par laboratoire.

Nous souhaitons dans un deuxième temps vous interroger sur l’exercice lui-même de mise en réseau des équipements :

– Où met-on la « barre » pour des équipements à considérer dans le réseau ?

– Quel type de mutualisation et transfert d’expertise peut être mis en place et servir efficacement la communauté ?

– Existe-il un réseau de formation et échanges dans cette communauté (type école thématique du CNRS) ?

– Est-ce nécessaire d’organiser un réseau d’accueil des demandes de mesures de la communauté (hors collaboration directe), si oui comment le monter, avec qu’elles spécificités ?

– Quelles sont vos attentes d’un tel réseau ?

Merci de répondre à ces questions sur un premier formulaire que vous trouverez ici. Plusieurs réponses, individuelles, peuvent émerger des laboratoires.

Renseigner ces formulaires devrait vous prendre entre 10 et 30 minutes, selon le nombre d’équipements dont vous disposez et la quantité de propositions que vous souhaitez soumettre.

Merci par avance de remplir ces formulaires avant la fin février avec le plus grand soin de manière à ce que nous puissions remonter vos avis et informations de la manière la plus exhaustive lors des prochaines réunions.
Très cordialement,

Jérémy Jacob

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *