Sarah Coffinet

Etude multi-marqueurs des variations climatiques de l’Holocène récent (4000 ans BP) dans un lac tropical (Lac Masoko, Tanzanie).

Sarah Coffinet1,2, Arnaud Huguet1, Michael Ramos Medina1, Christelle Anquetil1, David Williamson3, Amos Majule4, Sylvie Derenne1

1 METIS, CNRS/UPMC/EPHE, Paris, France

2 MARUM Center for Marine Environmental Sciences, Bremen, Germany

3 LOCEAN, IRD/CNRS/UPMC/MNHN, Bondy, France

4 IRA Institute for Resource Assessment, Dar Es Salaam, Tanzania

Les régions tropicales sont la première source de chaleur et de vapeur d’eau pour l’atmosphère et jouent ainsi un rôle clé dans la dynamique du climat mondial. Du fait de leur mode de formation, l’étude des dépôts sédimentaires lacustres nous permet de reconstruire les conditions environnementales passées et d’apprécier les changements climatiques survenus dans les tropiques et leurs conséquences sur le climat mondial. En Afrique de l’est, de nombreux lacs ont été étudiés (Gasse, 2000) et ont notamment permis de repérer plusieurs périodes de sécheresse, parfois longues de plus d’un siècle, au cours des derniers 4000 ans (Russell et al., 2005). Cependant, les variations de température au cours de cette période et leurs conséquences sur les écosystèmes restent peu connues.

Dans cette étude, nous avons combiné des analyses élémentaires (carbone organique, azote total et leur composition isotopique) et l’étude de deux familles de biomarqueurs, les alkyl tetraéthers de glycérol et les n-alcanes à longues chaînes, le long d’une carotte sédimentaire couvrant les 4000 dernières années. Cette carotte a été prélevée au centre du lac de cratère Masoko, situé dans la Province Volcanique du Rungwe au sud-ouest de la Tanzanie. La distribution des n-alcanes à longues chaînes, qui reflète les changements locaux de végétation, ainsi que les analyses élémentaires semblent indiquer l’apparition de conditions plus sèches il y a 2000 ans, en accord avec de précédentes reconstructions climatiques (Russell et al., 2005). L’analyse des alkyl tetraéthers de glycérol nous a permis de déterminer les variations de température le long de la carotte et des conditions plus chaudes semblent accompagner cette période de sécheresse il y a 2000 ans.

Références :

Gasse, F., 2000. Hydrological changes in the African tropics since the Last Glacial Maximum. Quaternary Science Reviews 19, 189–211.

Russell, J.M., Johnson, T.C., 2005. A high-resolution geochemical record from Lake Edward, Uganda Congo and the timing and causes of tropical African drought during the late Holocene. Quaternary Science Reviews 24, 1375–1389.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *