Exploitation du lait durant le Néolithique en Europe…

Exploitation du lait durant le Néolithique en Europe révélée par les signatures moléculaires et isotopiques des acides gras préservés dans les poteries.

Mélanie Salque1 & Richard P. Evershed1

1 Organic Geochemistry Unit, Bristol Biogeochemistry Research, School of Chemistry, University of Bristol, Cantock’s Close, BS8 1TS, UK.

Présentation FROGs 2012 – M Salque

Résumé :
Les tessons de poterie découverts dans des sites archéologiques contiennent des informations relatives à la cuisson et au stockage des aliments sous la forme de résidus organiques absorbés dans les pores de l’argile, communément des lipides. L’accès à ces informations se fait à l’aide de méthodes chromatographiques, spectrométriques et, depuis la fin des années 1990, isotopiques, afin de déterminer l’origine des graisses dégradées dominant l’assemblage lipidique. La différence de composition isotopique des acides palmitique (δ13C16:0) et stéarique (δ13C18:0) d’une graisse animale est caractéristique du type de graisse et du système digestif de l’animal. Cette différence, d’origine métabolique, permet
de distinguer les laits des viandes et les graisses de non-ruminants de celles des ruminants (Copley et al., 2003). En conséquent, l’étude des résidus lipidiques préservés dans des tessons de poterie permet d’obtenir des informations sur les pratiques d’élevage dans un site ou une région. L’application de ces méthodes isotopiques a ainsi ouvert des pistes d’investigation privilégiées, telles que l’étude de l’émergence de l’exploitation du lait et la vérification de la théorie de la révolution des produits secondaires (Sherratt, 1983). Il a récemment été montré que les pratiques laitières étaient fortement dépendantes de la région et de la présence de  bovins en Europe du Sud-Est et au Proche-Orient dès le VIIème millénaire av. JC (Evershed et al., 2008) et étaient partie intégrante de l’agriculture en Grande-Bretagne à partir de la fin du Vème millénaire av. JC (Copley et al., 2005).
Ce projet s’intéresse à l’exploitation du lait dans des zones moins bien étudiées d’Europe afin d’aborder des problématiques soulevées lors de précédentes études. Par exemple, comment la transformation du lait est-elle liée à la fréquence de l’allèle associé à la persistance de la lactase? Quelles sont les tendances dans l’exploitation du lait dans l’Ouest de l’Europe? Est-ce que des lipides d’origine laitière peuvent être détectés à haute fréquence
dans des sites archéologiques où les ovicaprinés sont dominants dans les assemblages archéozoologiques?

Copley, M. S., Berstan, R., Dudd, S. N., Aillaud, S., Mukherjee, A. J., Straker, V., Payne, S., and Evershed, R.P., 2005, Processing of milk products in pottery vessels through British prehistory, Antiquity, 79, 895-908.
Copley, M. S., Berstan, R., Dudd, S. N., Docherty, G., Mukherjee, A. J., Straker, V., Payne, S., and Evershed, R. P., 2003, Direct chemical evidence for widespread dairying in prehistoric Britain, Proceedings of the
National Academy of Sciences, 100(4), 1524-1529.
Evershed, R. P., Payne, S., Sherratt, A. G., Copley, M. S., Coolidge, J., Urem-Kotsu, D., Kotsakis, K., Özdoğan, M., Özdoğan, A., Nieuwenhuyse, O., Akkermans, P. M. M. G., Bailey, D., Andeescu, R.-R., Campbell,
S., Farid, S., Hodder, I., Yalman, N., Özbaşaran, M., Biçakci, E., Garkinfel, Y., Levy, T., and Burton, M. M., 2008, Earliest date for milk use in the Near East and southeastern Europe linked to cattle
herding, Nature, 455, 528-531.
Sherratt, A., 1983, The secondary exploitation of animals in the Old World, World Archaeology, 15(1), 90-104.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *