Géochimie et Archéologie des résines et des goudrons végétaux…

Géochimie et Archéologie des résines et des goudrons végétaux : nouveaux résultats pour les périodes néolithique et protohistorique dans le nord-ouest méditerranéen.

M. Rageot1, X. Fernandez2, J.-J. Filippi2, F. Sacchetti3, K. Pêche-Quilichini4, M. Regert1
1 – CEPAM, Nice ; 2 – ICN, Nice ; 3 – CCJ, Aix-en-Provence ; 4 – LAMPEA, Aix-en-Provence


Presentation FROGs 2012 – M Rageot par Jeremy-Jacob
Résumé:

Les substances naturelles de nature organiques ont de tout temps1 joué un rôle crucial dans les modalités de subsistance et les économies des sociétés du passé, qu’il s’agisse de denrées alimentaires ou d’autres usages dans les domaines médicinal, technique voire symbolique. Elles représentent donc des sources d’information primordiales sur la façon dont les populations ont exploité leur milieu naturel, les ont acquises, gérées, transformées et utilisées. Malheureusement, en raison de leur nature organique, ces matériaux sont extrêmement sensibles aux processus de dégradation. En outre, lorsqu’ils sont conservés, sous forme de résidus dans des récipients en céramique ou de résidus d’emmanchement sur des outils lithiques ou osseux, ils ne présentent aucune morphologie caractéristique et seule leur analyse chimique permet de les appréhender.
Parmi l’ensemble des résidus organiques amorphes susceptibles d’être retrouvés en contexte archéologique, nous nous sommes focalisés sur les exsudats et les goudrons végétaux, dont l’histoire (à l’échelle des temps préhistoriques) est encore très mal connue. L’objectif de ces recherches est d’abord de dresser un inventaire des exsudats végétaux répertoriés et ainsi d’obtenir des cartes de répartition à l’échelle de l’Europe et de la Méditerranée nord-occidentale. Au sein de notre corpus recouvrant les périodes pré- et protohistorique dans ce cadre géographique, nous cherchons à déterminer les matières premières utilisées, tant organiques que minérales, lors de la confection des adhésifs. Nous souhaitons également acquérir une meilleure connaissance des procédés de fabrication de ces matériaux, l’objectif final étant de mieux comprendre les usages, la socio-économie et les réseaux d’acquisitions des exsudats végétaux.
Afin d’étudier ces matériaux conservés en faible quantité, dégradés, transformés par l’homme, polymérisés, constitués de mélanges moléculaires complexes et souvent hétérogènes, nous avons mis en place une méthodologie analytique en plusieurs étapes que nous détaillerons dans le cadre de cette communication (observations à différentes échelles, analyses structurales préliminaires en IRTF et DI–MS2, puis analyses par méthodes séparatives et MEB-EDX pour les fractions inorganiques). Nous essayons également d’exploiter un maximum d’information sur des micros quantités, en explorant des méthodes micro- non-destructives comme le DART-TOF. Enfin, nous constituons un référentiel pour le goudron d’écorce de bouleau, l’exsudat majoritairement retrouvé aux périodes pré- et protohistorique en Europe de l’ouest. Nous essayons donc d’étudier plus finement le mélange moléculaire en caractérisant ce matériau par l’analyse en HPLC, par la synthèse de marqueurs de dégradation et par la mise en place d’un protocole expérimental de fabrication.
En termes de résultats, nous focaliserons cette présentation les échantillons caractérisés sur différents sites néolithiques et protohistoriques en insistant sur une série d’échantillons du site de L’Âge du Fer de Cuciurpula (Corse-du-Sud). Nos premiers résultats semblent montrer que les  populations corses du premier Âge du Fer ont à la fois préservé une tradition ancestrale en utilisant du brai de bouleau pour la réparation de céramiques tout en exploitant du goudron de pin pour imperméabiliser leurs récipients. En Méditerranée nord-occidentale, cet autre adhésif est également utilisé par les nouveaux arrivants grecs de Marseille et les étrusques.

Références
[1] Grünberg, J. M., H. Gratsch, U. Baumer, J. Koller(1999). « Utersuchung der mittelpaläolithischen « Harzreste » von Königsaue, Ldkr. Aschersleben-Stassfurt. » Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte 81: 7-38.
[2] Regert, M. and C. Rolando (2002). « Identification of Archaeological Adhesives Using Direct Inlet Electron Ionization Mass Spectrometry. » Anal. Chem. 74(5): 965-975.

Remerciements
Ces recherches sont financées par un contrat doctoral Région PACA / CNRS et soutenues par l’ANR Exsudarch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *