Utilisation de la matière organique chromophorique comme indicateur d’impact des activités sylvicoles…

Utilisation de la matière organique chromophorique comme indicateur d’impact des activités sylvicoles sur la qualité des eaux des sources karstiques de moyenne montagne.

TISSIER Grégory, DZIKOWSKI Marc, PERRETTE Yves, POULENARD Jérôme,
HOBLEA Fabien, GASQUET Dominique

*Laboratoire EDYTEM, Université de Savoie

Résumé :

Les activités sylvicoles peuvent occasionner une augmentation du ruissellement et du transport de matériaux en suspension et dissous. Ces phénomènes se traduisent entre autres, par des pics de turbidité aux émergences karstiques rendant l’eau impropre à la consommation humaine. Pour répondre à cette problématique le projet Interreg ALPEAU a été mis en place afin de d’étudier le rôle de la forêt et l’impact des activités sylvicoles sur la qualité des eaux karstiques.
Deux sites en milieu karstique de moyenne montagne et sous couvert essentiellement forestier ont ainsi été équipés. Le premier site correspond à l’émergence de la source karstique de La Combe à Saint Cassin appartenant au massif de la Chartreuse. Le second est la cavité karstique des Elaphes située dans le massif des Bauges, où plusieurs points d’écoulement par goute à goute ont été étudiés. Plus généralement, l’étude a consisté en un suivi en continu de l’évolution de la turbidité et de la matière organique « globale » par fluorescence. La matière organique (MO), déjà utilisée comme traceur des infiltrations rapides dans le karst, semble être un bon indicateur du transport de matériels pédologiques mobilisés par ruissellement. Un échantillonnage hebdomadaire permet de caractériser les types de MO par analyses spectrophotométriques. La spectrophotométrie par absorbance en UV-vis nous permet de connaitre et de quantifier le degré d’aromaticité des matières organiques dissoutes, notamment grâce au SUVA. L’utilisation des matrices d’excitation-émission de fluorescence permet la caractérisation de la matière organique chromophorique dissoute présente dans les eaux souterraines.
Les mesures en continu de la matière organique chromophorique permettent d’identifier l’origine des matières en suspension et dissoutes (endo ou exorkarstique). Dans les eaux des deux sites étudiés, la présence des trois mêmes types de MO en proportion variable a été observée selon les périodes du cycle hydrologique. Un changement dans la nature et l’arrivée des types de matière organique mettent en évidence des pratiques forestières particulières programmées sur les bassins versants. Ces travaux permettent, in fine,  d’associer la gestion forestière et la gestion de la ressource en eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *